VICTOR KHRAPOUNOV

68 ans |  Corruption et détournement de fonds publics

 

Né le 24 novembre 1948 au Kazakhstan, Victor Khrapounov a été maire d’Almaty, ancienne capitale du Kazakhstan, entre 1997 et 2004. Il devient ensuite devenir gouverneur de la région de l’Est du Kazakhstan. En janvier 2007, il est nommé Ministre des situations d’urgence, avant de démissionner le 29 octobre de la même année, puis de fuir en Suisse à la suite de la publication d’une enquête sur son implication dans des détournements de fonds de grande ampleur[1].

 

***

 

L’entrée en politique de l’étoile montante des jeunesses communistes kazakhes

 

Après une formation en industrie et technologie à l’université d’Oust-Kamenogorsk, Victor Khrapounov déménage à Almaty, où il exerce successivement les professions de mécanicien de réparation, de contremaître puis d’ingénieur[2].

 

Désireux de se faire une place au sein de la scène politique kazakhe, Khrapounov devient membre du Parti communiste et du Komsomol. Cet engagement lui permet de grimper les échelons de l’administration d’Almaty : d’abord président du Comité du parti du quartier « Lénine » de la capitale, il devient vice-président puis président du Comité exécutif du Conseil municipal d’Almaty. A la suite de l’implosion de l’URSS et de l’indépendance du Kazakhstan, Victor Khrapounov est élu député-maire d’Almaty, avant d’être nommé au gouvernement comme ministre de l’Energie et du Charbon. C’est en 1997 qu’il obtient le poste de maire de la ville d’Almaty, qu’il occupe jusqu’en 2004. De 2004 à 2007 il est gouverneur de la région de l’Est du Kazakhstan, avant d’être nommé ministre des Situations d’urgence en 2007[3].

 

Maire et promoteur immobilier : une étrange confusion des genres

 

Peu de temps après son entrée au gouvernement, en août 2008, Victor Khrapounov s’envole pour la Suisse, sous un prétexte médical. Il ne reviendra jamais au Kazakhstan. Pour de nombreux analystes, cette étrange fuite est due à la publication d’une enquête à charge dans le journal Kazakh Vremya, datant du début de l’année 2007[4]. Les journalistes ont en effet découvert que Victor Khrapounov, alors maire d’Almaty, mettait en vente des terrains publics à des prix inférieur à ceux du marché. L’acquéreur principal de ces terrains était l’entreprise VILED International Unlimited, dont la présidente n’était autre que sa femme Leila Kalybekovna. Kazakh Vremya rapporte également que d’autres personnalités et entreprises controversées ont pu bénéficier de ces ventes, comme Moukhtar Abliazov, alors dirigeant de la Banque BTA. 80 biens immobiliers et terrains seraient concernés[5].

 

En juin 2010, Iliyas, le fils de Victor Khrapounov fonde une entreprise en Suisse, la Swiss Development Group, avec un capital de 10 millions de dollars. Pour le quotidien helvétique la Tribune de Genève, il est possible que la création de l’entreprise ait été financée par l’argent détournée par la famille Khrapounov lorsqu’elle dirigeait Almaty[6].

 

 

 

 

La justice réagit et ouvre une enquête

 

En 2011, la multiplication des révélations pousse la justice kazakhe à ouvrir une enquête fiscale puis une enquête criminelle pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux. Les enquêteurs suspectent Khrapounov d’avoir aidé au détournement de plusieurs milliards de dollars par le biais d’une entreprise de construction, KUAT. Cette dernière fonctionnait comme une pyramide de Ponzy, les futurs propriétaires obtenant des fonds du gouvernement d’Almaty pour des logements pas encore construits[7]. Khrapunov et sa famille sont poursuivis pour un enrichissement illégal de plus de 300 millions dollars[8]. Une partie des sommes serait enregistré au nom de son fils Iliyas Khrapunov, lui-même marié à la fille de Moukhtar Ablyazov, oligarque et politicien kazakh l’origine du plus gros détournement de fonds jamais connu en Europe.

 

Des délits commis sur plusieurs continents

 

En 2012 la justice Suisse accepte une demande d’entraide judiciaire du Kazakhstan et décide d’ouvrir à son tour une procédure pénale, pour blanchiment d’argent de détournement de fonds, dont tout ou partie aurait été transféré sur des comptes en Suisse[9]. En décembre 2015 la ville d’Almaty lance une nouvelle procédure pour le recouvrement d’une dette de 300 millions de dollars, à l’encontre de la famille Khrapounov[10]. Iliyas a par ailleurs vu ses actifs au Royaume-Uni gelés, suite à une décision de la Haute Cour de Londres en date du 17 juillet 2015[11]. La compétence de la justice britannique a été confirmée par un jugement de la Cour d’appel d’Angleterre et du Pays de Galles en décembre 2016[12]

 

Par ailleurs, le père et le fils Khrapounov font l’objet d’un procès aux Etats-Unis, où ils sont suspectés d’avoir investi de l’argent détournés dans des projets immobiliers. La compétence des tribunaux américain a été confirmée en appel le 30 mars 2017[13]. L’affaire est sensible puisqu’elle concerne des programmes immobiliers développés par le groupe Trump[14].

 

Toujours sur la liste des personnes recherchées par Interpol[15], Victor Khrapounov réside aujourd’hui dans sa villa suisse, sur les bords du Lac Léman. Il n’est jamais comparu devant un tribunal kazakh, malgré les nombreuses accusations qui pèsent sur lui.

 

 

 

 

 

 

 

CHRONOLOGIE DE l’AFFAIRE KHRAPOUNOV

 

 

Kazakhstan – Suisse – Royaume-Uni – Etats-Unis

 

 Kazakhstan

Europe

Etats-Unis

2007

§  29 octobre : Victor Khrapounov démissionne de son poste de ministre des Situations d’urgence

     

2008

§  Août : Victor Khrapounov s’enfuit en Suisse, emportant avec lui plusieurs millions de biens

 

§  Août : Arrivée de Victor Khrapounov en Suisse

 

 

2011

§  Mai : Des enquêtes criminelles et fiscales sont ouvertes contre Victor Khrapounov. Elles débouchent sur sa mise en examen

§  Fin 2011 : La justice kazakhe adresse une demande d’entraide à la justice suisse

 

 

 

2012

 

§  Février : Victor Khrapounov est placé sur la liste des personnes recherchées par Interpol

§  Début 2012 : La justice suisse donne suite à la demande d’entraide kazakhe et ouvre une enquête pour blanchiment d’argent à l’encontre de Victor Khrapounov

   

2014

   

§  13 mai 2014 : La ville d’Almaty porte plainte contre Victor Khrapounov auprès d’une cour fédérale de Los Angeles

 

 

2015

 

§  17 juillet : La justice britannique gèle les avoirs d’Iliyas Khrapounov

§  Décembre : Daniel Khrapounov et plusieurs membres de l’entourage de la famille reçoivent des commandements de payer pour un montant de 286,5 millions de francs suisses

 

 

 

2016

 

§  19 & 20 décembre : La Cour d’appel d’Angleterre et du Pays de Galles établit la juridiction de la justice britannique sur les dissimulations d’actifs opérées par Iliyas Khrapounov au profit de son beau-père, Moukhtar Abliazov

 

 

 

2017

 

 

§  30 mars : La Cour d’appel américaine du 9ème circuit confirme la compétence de la justice américaine pour juger les malversations commises par Victor Khrapounov

 

 

 

 

 

[1] http://kazworld.info/?p=20316

[2] http://kazworld.info/?p=20316

[3] http://kazworld.info/?p=20316

[4] http://kazworld.info/?p=20316

[5] http://www.courthousenews.com/9th-circuit-revives-kazakh-citys-fraud-case-ex-mayor/

[6] 2010, Le millionnaire qui tisse sa toile à Genève, La Tribune de Genève, 15 juin, p. 21

[7] http://kazworld.info/?p=17946

[8] https://www.letemps.ch/suisse/2016/02/19/nouvelle-offensive-kazakhe-contre-clan-khrapunov

[9] https://www.letemps.ch/suisse/2012/11/30/enquete-khrapunov-repliquent

[10] https://www.rts.ch/info/regions/geneve/7510677-l-affaire-khrapunov-donne-lieu-a-une-nouvelle-procedure-a-geneve.html

[11] http://kazworld.info/?p=56220

[12] http://www.bailii.org/ew/cases/EWCA/Civ/2017/40.html

[13] http://www.courthousenews.com/wp-content/uploads/2017/03/Almaty-Ruling.pdf

[14] http://thediplomat.com/2015/10/why-is-a-kazakh-bank-suing-a-new-york-developer/

[15] https://www.interpol.int/notice/search/wanted/2012-10416